Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Une personne connectée

samedi 16 avril 2011

Time Fades Away

Pochette de Time fades AwayDisque live de Neil Young, et pourtant un disque à part entière. En effet, au contraire de la majorité (et même la totalité) des albums live, tous les titres de ce disque sont des titres inédits. Ils sont tous issus d'une seule et même tournée, et de différents concerts (et ça c'est un artifice assez classique des albums live). Et quelle tournée !! L'histoire de cette tournée est digne d'une tragédie chaotique, un Neil Young dévasté par la mort de son ami et guitariste Danny Whitten. L'histoire de cette tournée, et de ce disque va marquer Neil Young a tel point que le disque ne sera jamais réédité en CD. Toute cette "petite" histoire est largement connu (par les fans de Neil Young), mais cette "petite" histoire va donner un des albums les plus sombre et les plus fort de Neil Young. Après l'album bucolique que fut Harvest, cette tournée fait découvrir à son public un Neil Young torturé, et une vision de sa musique distordue, déchirée, brutale. Et ce disque en est un magnifique témoignage. Bien sur, ce n'était sans doute pas ce que pouvait attendre le public à l'époque, et ce disque fut un échec commercial. Artistiquement, c'est maintenant un des albums les plus prisé par les fans.

Autant d'inédits (je sais, je radote), autant de magnifiques chansons. Journey Through The Past (qui donnera son nom à un autre album de Neil Young) est sans doute une des plus belles chansons du Loner. L'album commence d'une façon presque joyeuse, sautillante, avant de s'enfoncer dans une noirceur, une rage, une mélancolie écorchée pour les ballades. C'est un disque indispensable, une merveille de folk rock. Ne passez surtout pas à coté ! Neil Young, ce n'est pas que Harvest et son folk champêtre, c'est aussi un son et une noirceur, c'est aussi une guitare rock saturée et rageuse, c'est un piano poignant et c'est aussi une voix déchirante. Et Time Fades Away en est une illustration parfaite.



  1. Time Fades Away
  2. Journey Through The Past
  3. Yonder Stands The Sinner
  4. L.A.
  5. Love In Mind
  6. Don't Be Denied
  7. The Bridge
  8. Last Dance

samedi 9 avril 2011

Dernière récolte : suite !

JulukaBlack Brown and BeigeHistoire de continuer rapidement, avant bien sur de passer à une ou deux chroniques un poil plus complète, parlons de Juluka et du Duke Ellington. Juluka fût le premier groupe formé par Johnny Clegg et Sipho Mchunu (musicien de rue sud-africain) ! Bien sur, en plein apartheid, ce mélange de musiciens noirs et blancs n'a pas été très bien accueilli par les autorités racistes du pays. Et les arrestations, passages à tabac furent fréquentes. Musicalement, la musique de Juluka est une fusion du rock et de la musique traditionnelle zoulou, et surtout un manifeste politique. Très agréable, même si pas toujours exceptionnel. L'album de Duke Ellington est un classique de son œuvre musicale. Pourtant, il sonne très daté. Je préfère largement son album public enregistré au festival de Newport, bien plus moderne, et bien plus fort (à mon humble avis) Ellington at NewportBill HaleyLe Bill Haley est bien ce que vous pouvez imaginer. Du Rock'n'Roll pur jus, totalement vintage (de nos jours), authentique et jouissif. Et le graphisme de cette pochette est assez remarquable. De cette dernière récolte, il me reste encore quelques albums à écouter et à chroniquer. Mais, je me réserve, le courage venant peut-être, au moins deux chroniques pour le Time Fades Away de Neil Young et le Faith de The Cure ! En attendant demain, dimanche, et d'autres vide-greniers.