Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | 3 personnes connectées

dimanche 30 janvier 2011

Highway 61 Revisited

Bob Dylan, Highway 61 Revisited La suite de la trilogie électrique. Et le chef-d'œuvre quasi absolu ! Ça commence avec un claquement sec et impérieux ! Réveillez vous ! Et le titre le plus important de l'histoire de la musique américaine commence - Like A Rolling Stone - Ce disque est sans doute l'un des plus abouti musicalement de Bob Dylan. Chaque titre vous embarque, Dylan nous invite dans son monde. Chaque titre raconte une histoire à travers un flot d'images - fini le sens politique des chansons, mais des histoires ténébreuses, monstrueuses et empreintes de tristesse et de dérisoire. Desolation Row en est le magnifique exemple. Cet album, encore plus que le précédent marque une rupture dans l'œuvre de Dylan, et il va influencer toute une génération d'artistes et de musiciens américain et anglais. Il va, en un sens, révolutionner la manière d'écrire, de jouer, de raconter et de chanter des chansons. Et ça donnera, sur scène, un déluge sonore saisissant ! Je ne suis pas forcément un bon analyste musical et littéraire ! Mais ce disque de Dylan me prends au corps, au cœur et aux tripes à chaque écoute. La voix de Dylan, qui crache ses mots, la musique qui souligne chaque phrases, magnifiant les textes de Dylan. Et cette pochette, Dylan, dandy, qui ne sera jamais aussi beau (hé oui) ! Vous l'aurez compris, ce disque est un Himalaya musical et poétique. Et pourtant, Dylan va monter encore plus haut !

samedi 22 janvier 2011

Bringing It All Back Home

Bringing It All Back HomeC'est le début du grand chambardement musical dylanien ! Déjà, l'album aussi se démarque, par la pochette et son style. Bien moins sobre, plus personnelle en ce quelle semble dévoiler de l'intimité de Dylan. Fini le barde folk. Les spécialistes vont analyser la pochette, et les symboles de la rupture avec le Dylan folk. Mine de rien, pendant que la musique folk reste confite dans ses principes, l'invasion britannique (le British Rock) chamboule jusqu'au paysage musical américain, le lamine même - Beatles / Rolling Stones en tête. Et c'est là que Dylan décide de montrer que non, les gars, le rock est née en Amérique. Il est né du blues. Et ça commence très fort avec Subterranean Homesick Blues et le débit de mitraillette de Dylan, Maggie's Farm et ça se poursuit avec Love Minus Zero. Des blues rock fulgurants ! Les textes aussi font leur mue. Bien sur, avant, même si les textes de Dylan étaient explicites, il n'y avait, entre métaphores et autres périphrases, aucunes ambiguïté. Ici, le surréalisme pointe son influence. La première partie de cet album (la première face) montre parfaitement cette rupture. La seconde partie est plus consensuelle sans doute, acoustique et poétique. Gates of Eden, Mr Tambourine Man et la fin et le renouveau avec It's All Over Now, Baby Blue. Un album génial, presque éclipsé par les deux qui vont suivre.
Bringing It All Back Home
Juste pour la petite anecdote, certaines éditions européennes de l'album avait un autre titre. J'ai donc les deux versions au format LP (33T). Amusant !

mardi 18 janvier 2011

Another Side Of Bob Dylan

Another Side Of Bob Dylan Avec ce disque, Dylan est sur le point de tourner le dos au folk et à ses vieilles barbes. Le rôle de messager folk l'emmerde de plus en plus. La suite sera électrique, à tout point de vue ! Mais pour autant, cet album n'est nullement un album mineur ! Et en soi, cet album est déjà une rupture. Contrairement aux précédents pas de protests songs, pas de contestation politique. La poésie de cet album est très personnelle, parfois surréaliste, il y annonce même "Ah, mais j'étais tellement plus vieux alors, Je suis plus jeune que ça maintenant" dans My Back Page que son "rôle" de chanteur politique est terminé ! Chimes of Freedom en est le sommet poétique. Et dans une autre chanson, il se raille lui même - Motorpsycho Nightmare. Sans oublier, ce magnifique Ballad In Plain D de plus de 8 minutes. En quelques mots, cet album, le dernier de la trilogie folk (The Freewheelin' Bob Dylan - The Times They Are A-Changin' et Another Side of Bob Dylan) annonce la nouvelle "face" de Dylan. Et en ça il est aussi essentiel que les deux précédents.

dimanche 16 janvier 2011

Swell : The Lost Album

Pochette CD Swell The Lost Album Pas certain que vous puissiez trouver ce groupe en écoute sur le net, même sur Deezer. La page concernant le groupe sur Wikipedia est elle même des plus succincte :

Swell est un groupe américain de rock indépendant fondé en 1989 à San Francisco par David Freel (guitares) et Sean Kirkpatrick (batterie).©Wikipedia

Peut-être une possibilité d'avoir des informations sur ce site fait par un fan du groupe, mais à mon avis, pas très à jour. Swell. Musicalement, c'est une pop plutôt "urbaine", que l'on peut qualifier de lo-fi, mélange de mélodies pop et de guitares saturées. Une ambiance mélancolique, une musique cotonneuse, mais les guitares légèrement saturées viennent en contrepoint de cette ambiance. Bref, une bonne surprise.


Et comme je suis sympa, un titre en écoute : Why Don't You Leave. Il donne un bon aperçu de ce très bon disque.

samedi 15 janvier 2011

The Times They Are A-Changin'

The Times They are a-changin' - Bob DylanThe Times They Are A-Changin'
Plus colérique. le troisième album de Dylan est sans doute encore plus dans l'actualité sociale des USA de l'époque, même si les titres y sont moins universels que dans le précédent. Ce disque est sombre. Un folk âpre, un second chef-d'œuvre après The Freewheelin' Bob Dylan. Sur ce disque, Dylan semble nous dire que la vie est courte, et qu'il faut relever la tête ! La chanson la plus connue, The Times They Are a-Changin', exprime bien l’état d’esprit des années 1960 qui a conduit à la contestation contre l’ordre établi. En 2004, elle est classée au 59e rang des 500 meilleures chansons de tous les temps par le magazine musical Rolling Stone.

Rassemblez-vous braves gens
D'où que vous soyez,
Et admettez qu'autour de vous
L'eau commence à monter.
Acceptez que bientôt 
Vous serez trempés jusqu'aux os,
Et que si vous valez
La peine d'être sauvés,
Vous feriez bien de commencer à nager
Ou vous coulerez comme une pierre,
Car les temps sont en train de changer.
Venez écrivains et critiques
Qui prophétisez avec votre plume,
Et gardez les yeux ouverts
La chance ne reviendra pas.
Ne parlez pas trop tôt
Car la roue tourne toujours,
Et elle n'a pas encore dit
Qui était désigné.
Le perdant de maintenant
Pourrait être le prochain gagnant,
Car les temps sont en train de changer.
Allons sénateurs et députés
S'il vous plaît écoutez l'appel,
Ne restez pas dans l'embrasure
N'encombrez pas le hall.
Car celui qui sera blessé
Sera celui qui n’a pas avancé.
Il y a une bataille dehors,
Et elle fait rage,
Elle secouera bientôt vos fenêtres
Et ébranlera vos murs,
Car les temps sont en train de changer.
Venez mères et pères
De partout dans le pays,
Et ne critiquez pas
Ce que vous ne pouvez pas comprendre.
Vos fils et vos filles
Sont au-delà de vos ordres,
Votre vieille route
Est en train de vieillir rapidement.
Ne restez pas sur la nouvelle
Si vous ne pouvez pas nous aider,
Car les temps sont en train de changer.
La ligne est tracée
La malédiction est lancée,
Ce qui arrive lentement maintenant
Va bientôt s'accélérer.
Comme le présent de maintenant
Sera plus tard le passé,
L'ordre établi change rapidement.
Et le premier maintenant
Sera bientôt le dernier.
Car les temps sont en train de changer.

vendredi 14 janvier 2011

Delta Momma Blues - Townes Van Zandt

Une petite infidélité à Bob Dylan, mais pas d'inquiétudes, je vais y revenir.

Delta Momma Blues, la pochette du vinyle Reçu aujourd'hui, ce magnifique album de Townes Van Zandt, dont j'ai déjà largement parlé sur ce blog. Cet album est une pure merveille. Une merveille Folk, une merveille Blues, une merveille Country. Les textes et la voix de Townes Van Zandt sont sublimes de douceur, de mélancolie et même de tristesse. Mais ce disque est un vrai bonheur à écouter. Il est vraiment désolant que cet artiste soit resté méconnu, aussi bien dans son propre pays (et même si certaines de ces chansons sont devenues des standards repris par d'autres), que dans notre pays. Si ce petit billet peut permettre de lever encore un peu plus le voile... Difficile d'ailleurs de choisir un titre à vous faire écouter, tant chaque chanson est un vrai bijou. Tower Song en est un parfait exemple.



Découvrez la playlist Tower Song avec Townes Van Zandt

mercredi 12 janvier 2011

The Freewheelin' Bob Dylan

The Freewheelin' Bob Dylan Il est passionant d'écouter les albums d'un artiste dans l'ordre de sortie. Surtout si cet artiste s'appelle Bob Dylan. Et entre Bob Dylan (titre du premier album) et The Freewheelin' Bob Dylan, le saut qualitatif est énorme. Autant le premier album est celui d'un jeune homme plein d'enthousiasme et sans doute totalement excité à l'idée d'enregistrer ce premier disque, autant, le second montre une maturité, une force impressionnante. En deux mots (ou un seul) Chef-d'œuvre ! Au contraire du premier album, sur celui-ci, toutes les chansons ont été écrites par Bob Dylan. Et quelles chansons... Blowin' in the wind, texte mythique à la portée universelle. Avec cette chanson, il réinvente la chanson "à texte". Masters of War, A Hard Rain's A-Gonna Fall, fulgurantes. Don't Think Twice It's All Right, chanson de rupture lapidaire et, Girl From the North Country, exquise. Et puis les hallucinés Bob Dylan's Dream et Bob Dylan's Blues. Et aussi I Shall be free et puis, et puis... En fait il faudrait citer toutes les chansons de cet album. Cet avec ce disque qu'il devient le porte-parole d'une époque, d'une génération. Et en même temps, il commence son dynamitage du folk plan plan.

mardi 11 janvier 2011

Bob Dylan, le premier album.

C'est parti !

Histoire de faire dans l'original, je vais commencer par le premier album, sobrement intitulé Bob Dylan.

Premier album de Dylan, Bob DYLAN, version monoTout d'abord, pochette extérieure et intérieure d'une qualité impeccable. La sous pochette doit sans aucun doute être à l'identique de l'année de la parution de l'album. Assez amusant de voir ce qui sortait à l'époque (Johnny Mathis, Ray Conniff, Miles Davis avec Sketches of Spain). La galette elle-même, bien lourde. Bref du beau boulot !

Et le son ? Le son, il est comment ! Déjà, je n'ai pas de point de comparaison, je n'avais pas l'album, ni en CD, ni en vinyle. Une chose est certaine, le son est fort, clair, limpide. On a l'impression que Dylan est dans le salon avec sa guitare. Impressionnant de précision. Et c'est vraiment du mono, la même chose à droite et à gauche, pas d'effets superfétatoires ! ;)

Et le disque, la musique, c'est comment ? Alors, je ne vais pas faire mon malin, n'étant pas un pro du décorticage musical ! Mais, outre la qualité de guitariste de Dylan (ben oui, je trouve qu'il joue très bien de la guitare), la voix est magique ! Juste un bémol, mais je suppose que c'est du à l'excitation du moment (de l'enregistrement), mais je trouve qu'il en fait des tonnes - presque - avec sa voix, et sa façon de la pousser - les "vocalises" de Freight Train Blues, c'est drôle. En tout cas, il s'amuse, c'est certain. En fait, je trouve qu'à l'écoute, c'est un disque joyeux, même si certains textes ne le sont pas ! Et rien à dire, j'adore House Of The Risin' Sun, version Dylan. On découvre donc avec cet album un Bob Dylan débutant, mais en même temps plein d'expérience. Je suppose que c'est ce mélange, enthousiasme et expérience qui a convaincu le producteur (contre l'avis de Columbia) de signer cet inconnu, sauf en dehors des cercles fermés de la musique folk américaine.