Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Une personne connectée

dimanche 18 décembre 2011

Le blues

C’est quoi le blues. D’un point de vue historique, c'est un style musical vocal et instrumental, dérivé des chants de travail des esclaves noirs apparu aux États-Unis fin 19ème, début du 20ème siècle. C'est un style qui exprime la tristesse et les déboires (d'où l'expression « avoir le blues »). Et l’influence du blues a été majeure sur la musique américaine, puisqu'il est à la source du jazz, du rhythm and blues, du rock and roll entre autres. Bref, le blues c’est la source, l’origine de toute une partie de la musique rock’n’roll, rythm and blues, rock, pop actuelle, sans parler des avatars que sont le rap et les enfants débiles comme le arenbe commercial. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de blues, de pop et de rock bassement commercial.

Bon, n’étant pas un musicologue, mais juste un amateur, je ne vais pas vous faire l’histoire du blues, de toutes ses sources, de tous ses styles. Juste que le blues semble être né dans le delta du Mississippi, et que c’est là, qu’il a commencé a se complexifier, à devenir plus que de simples complaintes orales. Puis au fur et à mesure, le blues est remonté le long du Mississippi, pour prendre après la seconde guerre mondiale des formes plus urbaines et bien sur plus électriques, le Blues de Chicago en étant un des exemples les plus connus.

Les Pochettes des albums Lien vers la photo en taille plus importante

Les artistes sont nombreux, il est parfois difficile de s’y retrouver. De plus, en France, le blues n’est pas une musique très médiatisée, très tendance. C’est surtout une musique de passionnés, et de curieux. C’est donc un peu par curiosité que je m’y suis mis vraiment. j’ai toujours été attiré par cette musique, mais de manière occasionnelle, sans vraiment chercher à approfondir. En fait tout a commencé avec un disque de Luther Johnson. Même si j’avais déjà un peu écouté de blues, même si j’étais sensible a cette musique, la simplicité de ce son, brut, rustique et pourtant prenant - juste la guitare et la voix de Luther Johnson, d’un style proche d’un autre grand, John Lee Hooker qu’on ne présente plus.

Et au fur et à mesure, entre vide-greniers, disquaires et internet, j’ai commencé à découvrir d’autres bluesman, d’autres styles de blues… Je vais vous laisser le soin de découvrir par vous même les biographies (parfois très succinctes) de ces différents artistes. En fait, je vais juste vous en présenter quelques uns. Bien entendu, il va forcément y avoir des manques, tout simplement parce que je n’ai pas (pas encore) le disque, et comme j’essaye avant tout de trouver le vinyle, ce n’est pas toujours gagné. Par exemple, il va me manquer Robert Johnson, bluesman emblématique, celui qui fit un pacte avec le diable, et qui en est devenu la légende du blues, avant que le diable ne reprenne son due. Robert Johnson est mort à 27 ans…

En fait, du blues, je ne connaissais vraiment que le coté Anglais ou irlandais, avec Rory Gallagher, les Stones bien sur, à leur débuts, pour n’en citer que deux… Mais pas vraiment le blues authentique. Ce qui n’enlève rien au plaisir d’entendre Rory Gallagher, aussi bien en solo qu’avec Taste (son premier groupe) Et puis, il y avait aussi Billie Holiday, immense chanteuse de jazz, et de blues..

Mais avec la fréquentations de forums, comme celui de La Galette et surtout Shelter From The Storm, j’ai pu lire certains posts de vrais amateurs de blues, et surtout de vrai connaisseurs. Et petit à petit, mes dernières recherches, autant dans les bacs poussiéreux des vide-greniers que dans les bacs des disquaires (quand on en trouve encore) et les rayons virtuels d’internet, se sont orientées vers ces disques de blues rares à dénicher. Et j’ai trouvé des perles, des artistes qui m’étaient totalement inconnus, et des disques magnifiques. Il y a eu aussi un livre, qui m’a aidé à reconnaitre des noms, Feel Like Going Home de Peter Guralnick, et avoir quelques idées pour chercher les disques. C’est donc ces éléments, et parfois le hasard qui m’ont amené à acheter ces différents disques de blues. Le suivant de la liste, 2 ou 3€ dans un vide-greniers, c'est Jimmy Reed, chanteur, guitariste et harmoniciste, originaire du Mississippi. Une voix trainante, un peu nasillarde et un harmonica léger et discret, mais quel balancement… Puis il y a eu deux autres disques, toujours en vide-greniers, Freddy King et Otis Spann. Des styles très différents, deux blues et deux artistes presque aux antipodes, un blues très électrique originaire de Chicago qui a influencé le British Blues, une des trois King de la guitare blues (avec BB King et Albert King). Otis Spann, pianiste, dont le blues vient du fond du Mississippi. Puis il y a eu une série de disques, trouvés sur le net, ou toujours dans des vide-greniers (à des prix parfois très différents). Johnny Shines guitariste génial, Big Joe Turner, Migthy Joe Young, Jimmy Dawkins, Blind Willie McTell… Des styles très différents, du blues électrique de Chicago, au blues plus rural, des références essentielles, comme Blind Willie McTell qui a inspiré à Bob Dylan une de ses plus belle chanson. Je vais vous laisser le soin de fouiller par vous-même sur internet, on y trouve de quoi satisfaire sa curiosité et sa soif de connaissance. Et puis, une petite playlist (deezer) vous permettra de mettre un peu de son derrière les mots et images. Pour continuer mes découvertes, d’autres artistes, et pas des moindres comme Robert Pete Wiliams, le bluesman condamné à la prison pour meurtre (il avait le malheur d’^tre noir et d’avoir voulu se défendre d’une agression) ou encore JB Lenoir à la voix haut perchée, presque féminine, une exception dans le blues , et une conscience politique qui transparait dans certaines de ses chansons. Et puis, il y a Clifton Chenier le blues venu du fin fond des bayous, mélange presque improbable entre le blues, la musique cajun et ses origines françaises, et d’ailleurs, Chenier chante parfois un délicieux patois mi-français mi-anglais, aussi bien dans les textes que dans les titres des chansons. Le tout avec le son d’un accordéon qui renvoi le bal musette au rancard ! Une autre découverte Long John Hunter, du blues du sud, qui suinte les bouges et la baston, absolument génial. Il y a eu d’autres albums ensuite, et d’autres artistes. James Harman, bluesman blanc du sud des USA, qui dynamite le blues de manière magistrale, Big Bill Broonzy, une country blues classique et simple, Junior Wells, Chicago blues génial, Howlin Wolf, le hurleur, Champion Jack Dupree classique et élégant, Hound Dog Taylor, jouissif, le guitariste au six doigts à chaque main (jusqu’au moment d’un soir de cuite et de blues, il s’en tranche un), encore du Otis Spann, du Clifton Chenier et pour finir cette année avec Otis Rush, un guitariste blues incisif, à la voix presque soul. Je ne vais pas vous mettre toutes les pochettes, c’est un peu trop quand même. Mais encore deux ou trois… Celle d’Harman qui dégage l’énergie du bonhomme, celle de Junior Wells, à l’atmosphère enfumée et pour finir par Hound Dog Taylor, dont on raconte aussi qu’il a inspiré Jimmy Hendrix

Voilà pour cette petite approche du blues. Bien sur il en manque pas mal. Mais, il est difficile de tout trouver. Skip James, Sleepy John Estes, Robert Johnson, et tant d’autres… Mais comme je l’ai dit, je ne suis q’un débutant… Il y aura d’autres vide-greniers, et d’autres trouvailles sur le net. Question de temps, de chance et de prix quand même… Pour finir ce petit billet (enfin moyen, voire même un peu gros), une petite playlist deezer, si vous pouvez l'écouter, bien pratique (en dépit de la publicité) pour écouter. Je vais tenter d’y inclure la plupart des artistes que j’évoque très rapidement ci dessus. Pour quelques uns, c’est mission presque impossible, mais par exemple pour James Harman, une petite recherche sur mon blog…

Bonne écoute ensuite en suivant le lien vers deezer Playlist Blues, la seule chose que j’espère c’est que les conditions d’écoute sur deezer ayant changées, il vous sera facile d’y accéder...

Et puis, c’est la période qui veut ça, l’année 2011 entrant dans sa dernière ligne droite, je vous souhaite un bon bout d’an… Et, bon, en cherchant un peu j’ai trouvé le player "exportable".

mardi 13 décembre 2011

C’est vraiment la fin - de saison !

Mais, il n’empêche, j’ai encore réussi à trouver quelques disques, il y a 15 jours - entre priceminister, un bouquiniste et un ultime vide-greniers (avant le prochain).

Y’a pas à dire, suis accroc aux vide-greniers :D

Otis Rush Tony Joe White Billie Holiday Pink Floyd

Otis Rush, un blues énergique et une voix presque soul ! Un chouette mélange. Et pour continuer, un disque acheté et revendu aussi sec, Tony Joe White, hélas période soul mollassonne (erreur de casting). Et pour poursuivre, Bille Holiday, déchirante. Et ce disque (compil des deux premiers albums) du Pink Floyd, toute une époque. Et pour finir, La voix (et la dentition qui va avec) de Shane MacGowan et le folk irlandais déglingué de The Pogues. Comme vous pouvez le voir, des disques et des artistes plutôt bons ! Comme quoi, il y a toujours quelque chose à dénicher. Même s’il arrive parfois qu’on fasse des erreurs. Autant dire que le disque de Tony Joe White n’a pas fait long feu. Vu que dimanche dernier, j’avais un stand dans un vide-greniers, j’en ai profité pour revendre, à prix très doux, quelques disques pas vraiment à mon gout - dont le Tony Joe White. Par contre, les autres sont toujours dans ma discothèque ! Bref, je vais essayer de profiter de l’hiver pour vous mitonner des petites chroniques toutes simples, mais qui vous donneront envie d’écouter de la musique !