Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Une personne connectée

dimanche 28 août 2011

Récolte du samedi 27…

Récolte vinyle du 27 août - Tom Verlaine, Suzanne Vega, Big Bill Broonzy et BijouPetite routine habituelle avec la récolte du dernier vide-greniers. Comme de plus en plus, les trouvailles qui sortent de l’ordinaire sont rares. Donc, en effet rien de bien exceptionnel dans cette modeste récolte. Du lot, il y a quand même deux albums qui ressortent. L’album de Big Bill Broonzy, très chouette compilation de blues, un blues rural et acoustique d’un des grands de cette musique. Ensuite l’album de Tom Verlaine, guitariste et auteur compositeur de talent. Il a été le fondateur du groupe Television (l’album Marquee Moon est un chef d’œuvre), et ce disque, son premier album solo est dans la même veine, exceptionnel. L’album de Suzanne Vega est très agréable, du folk chiadé, mais il engendre à force une certaine monotonie. Les deux premiers titres sortent du lot, mais il faut avouer qu’ils ont été en leur temps des tubes planétaires. Quant au disque de Bijou, groupe français de rock, c’est un album sympa. Bien sur Bijou n’a pas eu le succès de Téléphone et il n’a pas l’aura culte des Dogs. Musicalement il y a quelques titres assez sympa, ça donne plutôt bien. Le problème, les textes en français qui viennent parfois gâcher l’écoute :). Mais pour relativiser tout ça, je me dis que si l’on traduisait les textes de certains groupes de rock anglais ou américains, il y aurait aussi de quoi rire… Voilà donc pour cette petite récolte sympathique de ce week-end !

lundi 22 août 2011

James Harman Band / Strictly Live… in’85 !

Chronique non prévue.

James Harman


Allez si vous savez lire l’anglais, la bio sur wikipedia (en anglais donc) est ici : James Harman Bref, pas grand chose, sauf qu’il a joué du blues en tant que chanteur et harmoniciste, aussi bien pour lui, que pour d’autre, qu’il à une certaine notoriété aux USA dans le milieu du blues. Et franchement, à l’écoute de ce disque, on entend un blues qui dépote, un chanteur qui a du coffre et une indéniable énergie. Ce disque est un enregistrement public, et derrière, un groupe qui assure vraiment - le guitariste est franchement bon et inspiré ! Bref, un jolie découverte, un vrai plaisir musical. La voix timbrée de James Harman dynamite un morceaux dès les premières notes. Il faut dire qu’il a de la technique : trémolos, vibratos, attaques de notes surpuissantes, le sens de la mélodie. Le reste du temps, quand il ne chante pas, James Harman nous pulvérise les conduits auditifs avec ses phrases tueuses d’harmonica, au vieux son saturé d’ampli à lampes surchauffées.Un sacré bonhomme… Un des précurseurs du blues west coast !
Tracklist:
  • Introduction By John "Juke" Lo - 1:14
  • By-Yourself Dance - 6:34 (en écoute)*
  • Blues Walked In - 6:34
  • Your're Gone - 9:12

  • That's Not Your Baby - 5:15 (en écoute)*
  • Legs (Let The Little Girl Danc - 5:03
  • Goatman Holler - 6:54
  • Cornbread - 3:18


* qualité sonore pas au top !

jeudi 18 août 2011

Dernière récolte vinylesque

Elle est ici. Modeste, mais néanmoins intéressante.

des disques

Bon, le Jacques Higelin, je me suis rendu compte que je l’avais déjà. Pas de tête… Le David Bowie - Space Oddity - son second album est assez génial. Coté état, la pochette est bien abimée, et le disque crachouille un peu. Les Blues Brothers, du bon blues, rien à dire. Paul McCartney - Band on the run, un très très chouette album. Et deux Cd de Blues - BB King et Blind Willie McTell. Du très bon blues, électrique pour BB King, acoustique et très "roots" pour Blind Willie McTell.

jeudi 11 août 2011

J.B. Lenoir : Natural Man

J.B. LenoirContrairement à Long John Hunter (voir le billet précédent), J.B. Lenoir bénéficie d’une aura bien plus importante. Sa bio dans wikipedia en est un élément de preuve J.B. Lenoir, biographie. En fait J.B Lenoir, c’est une voix originale dans le monde du blues. Une voix comme tessiture, presque féminine, alors qu’il est habituel d’associer cette musique, le blues, à la fumée qui embrume les bars, à l’alcool qui peut y couler et donc à une certaine "virilité". C’est également une voix comme porte parole d’une communauté noire qui cherche sa liberté et l’égalité des droits. Et cette voix se retrouve dans les textes de ses chansons (''Alabama Blues : never will go back to Alabama, that is not the place for me/You know they killed my sister and my brother/and the whole world let them peoples go down there free…'’ ). C’est tout ce qui fait la force de cet artiste, violence des textes et douceur de la voix et de la musique. C’est ce qui fait son originalité dans le monde du blues. Je vous laisse le soin de découvrir plus avant cet artiste magnifique.



dimanche 7 août 2011

Long John Hunter : Ooh wee pretty baby !

Long John HunterAu pays du blues : Long John Hunter. Et enfin on peut en apprendre un peu plus. Que sans un concert de BB King en 1953, il n’aurait jamais acheté sa première guitare. Et qu’il ne lui a fallu que quelques jours pour créer son groupe et se trouver un style : blues et guitare tranchante. Bizarrement, son ambition se limite au plaisir de jouer dans son Texas natal et au Mexique. Cela va suffire à son bonheur, pendant, pfui, au moins 40 ans ! Étonnant non ? Et que c’est seulement à partir de 1993 que sa renommée et son talent vont franchir les frontières, du Texas, et même des USA…

Le disque dont il est question dans ce billet : Ooh Wee Pretty Baby, quant à lui, compile les singles enregistré pour le label Yucca entre 1961 et 1963. Entre rock n roll et blues, une musique franchement jouissive. Je sais, c’est un peu facile comme adjectif. Mais c’est évident, je ne suis pas un grand littéraire, et mon vocabulaire enthousiasme est limité. Mais j’adore ce disque et cette musique.

Ah, et comment es-tu tombé sur cette merveille ? Ben, en cherchant un disque à acheter sur Priceminister et en tombant en arrêt devant la pochette (sans parler du tarif, entre 7 et 8 €). Et bien sur, recherches sur le net, article franchement ridicule de wikipedia, puis un peu de fouille internet et pour finir Spotify et Deezer. Et une découverte géniale de plus !

Pour finir ce petit billet, un petit titre pour vous mettre l’eau à la bouche : Strange Feeling.

La classe n’est-ce pas !

mercredi 3 août 2011

Chroniques à venir !

Long John HunterSkip JamesJ.B. Lenoir Trois images pour vous donner une petite idée. Et pour une fois, je vais vous donner une feuille de route. Avec un peu de chance, je vais m’y tenir. Les prochaines chroniques musicales seront donc consacrées à des artistes, que dis-je, des artisans du blues et du rock’n’roll. Juste trois noms, pas forcément dans l’ordre des chroniques.

J.B. Lenoir (rapidement évoqué ici), Skip James et John "long" Hunter. Dans l’ordre inverse des photos (et en passant le pointeur de votre souris, le nom s’affiche, magie du web).

mardi 2 août 2011

Une image de Corse.

Juste une petite image de la vue qui s’offre à moi en ce moment.

De Corse 2011

lundi 1 août 2011

Le stupide club des 27 !!!

Mais c’est quoi donc ce club ? Celui que vient de rejoindre Amy Winehouse, celui qui compte parmi ses membres Robert Johnson le bluesman qui eut un jour un pacte avec le diable, Jim Morrison poète rock maudit, Janis Joplin hurleuse blues et rock, Kurt Cobain inventeur du grunge et de la chemise bucheron, Brian Jones, ange blond mort noyé et Jimi Hendrix guitariste flamboyant ! Ils sont tous morts à 27 ans, en pleine gloire, et ils sont tous morts tragiquement. Et la presse de fabriquer cette stupide légende, de la malédiction des 27 ans, cette malédiction qui tue les rockers. Stupide légende. Bien sur, ils ont tous vécu vite, et ils sont tous parti brutalement. Bien sur, leur vie, leur gloire et leur mort a fait d’eux des ombres devenues cultes. Mais leur talent et surtout lui a fait d’eux des stars !

Ils sont morts à 27 ans, certes. Mais combien sont morts plus vieux ? John Lennon, Syd Barrett, Nick Drake, Frank Zappa, Otis Redding, Tim Buckley, Jeff Buckley, Ian Curtis, George Harrison, Freddy Mercury et puis sans doute d’autres que j’oublie.

Et sans compter tout ceux qui sont encore vivants comme Bob Dylan, David Bowie, Keith Richard, Neil Young…

Ce club là, il est bien rempli, heureusement !