Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Une personne connectée

dimanche 27 mars 2011

Bowie / Cohen

Encore un dimanche pluvieux. À croire que cet hiver ne finira jamais ! Mais, magie d'une immense Halle à Gardanne, ce matin, j'ai pu chiner. Ce matin donc, vide-greniers couvert. Un gros vide greniers. Pas loin de 200 exposants. Et dans ce bric à brac, bien pire que l'inventaire de Prévert, seulement 7 à 8 vendeurs avec des disques. Et chez 7 à 8 vendeurs, beaucoup de daubes, de machins invendables et surtout inécoutables. Je vais être charitable et ne donner aucun noms ;) ! Une petite réflexion, j'ai le sentiment depuis quelques temps déjà, que les vendeurs arrivant avec un carton de disque sont de moins en moins nombreux. Et par voie de conséquence le choix est de plus en plus restreint. La faute à qui ou à quoi ? À internet déjà ; il est plus facile de mettre ses disques en vente sur le Bon Coin ou sur Priceminister (pour ne citer que 2 sites). Et bien sur les machins invendables ne se vendront pas plus sur internet que dans le vide-greniers. Mais c'est bien moins lourd. Et puis, la faute sans doute à une petite mode vintage, qui fait que plus de gens cherchent des vinyles. Il faut parfois se lever très tôt... Tout ça fait que le choix devient bien moins intéressant, et que les perles sont bien plus rares. C'est comme ça, il faut faire avec. Il n'empêche, on constate aussi une augmentation des tarifs. Les disques à 1€ sont de moins en moins proposés. On approche plus des 2, 3€. sans compter ceux qui vont mettre des prix absolument délirants... mais bon, il y a toujours eu des doux rêveurs, et des opportunistes.

Tout ça pour dire que la récolte de ce dimanche a été bien maigre, mais de bonne qualité. Juste 2 disques :

  • Young Americans de David Bowie
  • I'm Your Man de Leonard Cohen

Les disques sont en parfait état, et le prix, 3€ pièce, raisonnable. J'aime beaucoup Young Americans. Sans doute pas le plus réputé des disque de Bowie, mais à mon humble avis, il se classe parmi ses plus grands. Le Leonard Cohen souffre d'une production un peu marquée années 80, mais il y a sur cet album des titres absolument superbes (comme la chanson qui donne le titre à cet album). Petite récolte, mais grande qualité.

Bowie Young Americans Cohen I'm Your Man

mardi 22 mars 2011

Récolte dernière

Cohen et quelques autresLes vide-greniers reprennent tout doucement. Et les trouvailles aussi ! Pour tout dire, j'ai quand même l'impression que les vendeurs qui proposent des disques sont moins nombreux, et surtout que le choix se réduit de plus en plus ! Pas de trouvailles géniales depuis un bon bout de temps, et surtout un maximum de disques en mauvais état, sans compter les daubes habituelles. Je vais être urbain et ne citer aucun noms. ;)

Mais bon, il faut parfois fouiller dans 5 ou 6 bacs souvent pas top pour espérer trouver un truc qui sort du lot. Dimanche dernier, pas beaucoup de disques, dans un gros vide-greniers. Pour tout dire, j'ai trouvé quelques disques dans un tas balancé en vrac sur une bâche ! Je ne compte pas les pochettes sans disques, les disques sans pochettes, et les disques aux pochettes totalement détruites. Et pourtant, j'ai pu y trouver deux albums de Leonard Cohen, un disque de Klaus Schulze et Les Quatre Saisons de Vivaldi dans une version (par la Petite Bande de Kuijken, les pionniers du baroque) qui fait vraiment oublier le calvaire des musiques d'attente des standards téléphonique. Sur l'album Various Positions de Leonard Cohen, on trouve une chanson qui est devenue tellement publique qu'on a oublié qu'elle était de Leonard Cohen. Je veux bien sur parler de Hallelujah, reprise par au moins 120 artistes et pas des moindre : Dylan, John Cale et bien sur Jeff Buckley. Il sera donc temps de vous en faire une petite chronique et une comparaison indispensable. À bientôt donc pour cette petite chronique.

mardi 15 mars 2011

Robert Gordon, "Rock'n'roll" et the Band "Americana".

Robert GordonThe Band liveJuste deux disques à présenter rapidement, juste deux petites trouvailles ces derniers jours. Il faut dire que le temps, en ce moment et depuis quelques week-end ne se prête pas vraiment aux vide-greniers et autres brocantes et chinages ! Bref, un peu la disette. Donc pour commencer, du pur rock'n'roll, guitares tranchantes et gomina. Bien sur c'est relativement récent, et pourtant le guitariste sur ce disque de Robert Gordon est un pionnier du Rock'n'roll - Link Wray pour le nommer. Pionnier, mais guitariste hors pair, aux doigts magiques et au son étonnamment moderne. Bref, du beau rock n roll à écouter avec bonheur. Et puis, The Band, double album en public d'un groupe mythique, mythique parce qu'il a été de l'aventure du passage à l'électricité de Bob Dylan (et surtout lors d'une tournée non moins mythique en Angleterre). Mais The Band n'est pas que le groupe derrière Dylan. Il est aussi un très grand groupe de rock, de musique américaine et ce double live en est la preuve. On doit d'ailleurs pouvoir trouver ces disques en écoute sur Deezer (en tout cas, pour The Band, c'est certain). Bonne écoute et à un prochain billet.

mercredi 2 mars 2011

Bird and Diz

Pochette du vinyle Bird and Diz

Rien que la liste des musiciens :

  • Charlie Parker : saxo alto
  • Dizzy Gillespie : trompette
  • Thelonious Monk : piano
  • Curly Russel : contrebasse
  • Buddy Rich : batterie

À l'époque, c'est un style nouveau, bien loin du jazz big band, devenu une machine à faire danser le peuple ! Bird (Charlie Parker) avec son ami Diz (Dizzie Gillepsie) va révolutionner le jazz. Ce disque, avec en plus de Bird et Diz le son d'un autre iconnoclaste du jazz, Thelonious Monk, va ouvrir la porte à Miles Davis et John Coltrane, pour n'en citer que deux... Bien sur ce disque, après Kind Of Blue de Miles davis sonne presque comme du jazz qu'on pense classique. Sans doute moins intemporel.

Une chose est certaine de mon point de vue, c'est à cause d'un Charlie Parker que je déteste le saxophone dans le rock :) Pourquoi ? Tellement simpliste et prévisible, un placebo de la guitare électrique. Alors que le saxophone dans le jazz, avec Bird ou Coltrane, ou Jackie McLean (et d'autres), c'est tout le contraire.

PS : on m'a fait remarquer quelque part, que j'avais oublié de citer Ornette Coleman, Eric Dolphy et je peux ajouter Sonny Rollins, Dexter Gordon, Archie Shepp et puis d'autres encore...