Blog Notes

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche | Une personne connectée

dimanche 30 août 2009

La reprise (plus un Dylan, un Van Morrison et un Jethro Tull..., et du blues....)

Dix jours déjà depuis le dernier billet. Culturel et musical, comme de plus en plus souvent sur ce blog. Et pourtant, j'aurais bien d'autres choses à dire. mais pas l'envie. Pas envie de parler politique, et surtout pas envie d'étaler mes états d'âmes. Et pourtant, là aussi, il y a des choses à dire. mais ce n'est pas encore le moment. Ça va sans doute venir. Peut-être que bientôt, je vais pouvoir me lâcher un peu. Bref, un peu de vague à l'âme en ce moment. J'ai repris le travail depuis seulement une semaine, et... bref...

Donc, parlons musique. La saison des vide-greniers va reprendre. Hier (samedi), un juste à quelques kilomètres de la maison. Et trois petits disques.

Pochettes disques

Un incontournable, Aqualung de Jethro Tull, un pour les souvenirs, California des Eagles et puis dans ma quête de l'absolu (à savoir le Astral Weeks), Wavelenght de Van Morrison, un joli disque, un peu bluesy, un peu soul music. De la bel ouvrage, mais encore loin de l'émotion d'Astral Weeks.

Des chouettes disques, mais pas encore la trouvaille de la semaine. Sinon, la semaine d'avant (avant la reprise), un album de Bob Dylan, Before the flood.

Before the flood

Un disque que j'aime bien, même si Dylan chante parfois très fort (trop ?). Il le faut bien, pour faire le poids devant le groupe, The Band, qui lui sonne fort, très fort..

Voilà. Le week-end prochain, au moins deux vide-greniers, voire trois, si j'ai le temps. Et peut-être la trouvaille de la semaine.

jeudi 20 août 2009

Townes Van Zandt

Je viens de découvrir Townes Van Zandt. Je ne connaissais pas du tout, et franchement quelle claque. Largement du niveau d'un Neil Young et sans doute pas loin de Bob Dylan. En tout cas du haut niveau. Et une vie, quasi mythique, digne d'un roman.



Townes Van Zandt



Le texte :

Sometimes I don't know where this dirty road is taking me
Sometimes I can't even see the reason why
I guess I keep on gamblin', lots of booze and lots of ramblin'
It's easier than just a-waitin' 'round to die

One-time friends I had a ma, I even had a pa
He beat her with a belt once cause she cried
She told him to take care of me, she headed down to Tennessee
It's easier than just a-waitin' 'round to die

I came of age and found a girl in a Tuscaloosa bar
She cleaned me out and hit it on the sly
I tried to kill the pain, I bought some wine and hopped a train
Seemed easier than just a-waitin' 'round to die

A friend said he knew where some easy money was
We robbed a man and brother did we fly
The posse caught up with me, drug me back to Muskogee
It's two long years, just a-waitin' 'round to die

Now I'm out of prison, I got me a friend at last
He don't steal or cheat or drink or lie
His name's codeine, he's the nicest thing I've seen
Together we're gonna wait around and die"


Impressionnant... En fait je découvre cet artiste par le biais d'un autre chanteur de la scène folk alternative américaine, Steve Earle et d'un album de reprises de Townes.
Pochette disque Steve Earle - Townes

Double CD (hé oui, j'ai acheté un CD, petite infidélité provisoire aux disques vinyles). Le premier avec les reprises et un groupe avec Steve Earle, le second, avec uniquement Steve Earle, les mêmes titres, à la guitare acoustique. Et c'est bon, très bon...

Un petit miracle.

Que je vous raconte...

Hier, avec Robin, tour en ville, pour un achat hautement important, une paire de chaussures. Mais fini les chaussures Chaussland - Gémo & co à pas cher. Faut de la marque maintenant. Bon, de temps en temps il nous arrive de céder. Donc, je cède. Au troisième magasin, on trouve le Graal, la paire de shoes qui va bien. Bon, je paye (ouille) et on sort. Histoire de célébrer l'événement, une petit glace, et bon un petit tour dans les rayon de la fnac ®©. Bref, on déambule dans les rayons, et comme toujours, le fiston va se poser le popotin sur un pouf avec une BD. Moi je tourne et vire dans le rayon musique sans trouver mon bonheur. Bon, suffit comme ça ! Ça fait bien 3 heures qu'on traîne, il est temps de rentrer au bercail.

Je retrouve Robin plongé dans la BD, et là je lui demande : "Robin, le sac avec les chaussures, il est ou " "Ben, ici, il me dit" Et l'air ahuri du fiston fait peine à voir... Plus de sac, plus de chaussures à ∞ø € ! La cata ! C'est l'affolement, on cherche partout, on demande aux vendeurs, on va voir à l'accueil si quelqu'un a pas rapporté un le sac avec les chaussures, on retourne en bas dans les rayons, on fait au moins 10 fois le tour... Avant, le cœur lourd de se rendre à l'évidence, on nous a volé le sac avec les chaussures ! Je n'accable pas Robin, mais bon, l'ambiance est lourde. Sur le conseil de l'agent de sécurité à l'entrée du magasin, je laisse mon nom et téléphone à l'accueil. Et de toute manière, le magasin ferme, il est 19H30 et comme on nous le dit à l'accueil, l'espoir bien mince. Je vous raconte pas le retour à la maison, dans la voiture. Pas un mot, juste des regrets et Robin qui rumine...

Bref, le lendemain, pas question de penser à racheter des chaussures de marque. la cause est entendue.

Et à 14h15, le téléphone sonne. Bonjour, c'est la Fnac, on a retrouvé un le sac avec les chaussures. Il est à votre disposition à l'accueil !!!!!!!!!!!!!!

Que dire de plus. Un vrai miracle non ? Bref, je suis vite, très vite parti le chercher. Pas question d'attendre. J'en ai profité pour m'acheter un CD (voir billet ci-dessus). D'ailleurs, à la caisse, la jolie caissière me demande "Vous n'avez pas retrouvé le sac avec les chaussures ?" C'était elle qui avait pris mes coordonnées à l'accueil. Et là, je lui montre le sac, et je dis "OUI" ! "Un miracle, et quelqu'un d'honnête surtout qui a ramené le sac." "C'est sur, je dis ! Bref, tout fini bien." On saura sans doute jamais ou était passé ce fichu sac. Mais les chaussures sont à la maison. Et il a intérêt à y faire hyper gaffe le Robin.



les chaussures miraculeuses

mercredi 19 août 2009

Neil Young

Pas grand chose à dénicher pendant cette semaine Corse.


Castellu-di-Rustinu Hameau de Pastureccia

J'étais ici, petit village de la Castanicha, Castellu-di-Rustinu. Chargé de mémoire, de souvenirs de vacances.

Sinon, entre autre, petit tour à Bastia, chez un disquaire très sympa et bien achalandé avec des prix très abordables. (un peu de publicité : CHORUS 11 RUE CESAR CAMPINCHI - 20200 BASTIA). Un connaisseur aussi, avec à l'écoute au moment de mon passage, Tim Buckley... Pas si fréquent.
Et à coté de la caisse, quelques 30 vinyles, en dépôt vente. Tous en parfait état. J'ai donc un peu craqué.

pochette album Neil Young - Journey Through the Past

Plus un album document sur une tentative de cinéaste de Neil Young, qu'un vrai chef-d'œuvre. Sympa quand même.

samedi 1 août 2009

Un an déjà !

Samedi 2 août 2008, presque 1 an jour pour jour, je descendais sur Marseille pour prendre possession de ma nouvelle Nevada (Moto Guzzi). Aujourd'hui, j'ai du aller la récupérer, après un petit incident mécanique, un joint qui n'a pas supporté la chaleur et de l'huile partout ! Rien de trop grave, et en plus sous garantie.

Bref, à part ce petit souci elle tourne bien ! Et beaucoup !

Allez, une petite photo, histoire de la montrer.